AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Natachenka Alekseïevna [UC]

Aller en bas 
AuteurMessage
Natachenka A. Tchaikovska

avatar

Féminin Messages : 44
Date d'inscription : 05/04/2010
Age : 27
Localisation : En fuite
Profession : Etudiante

Feuille de personnage
Expérience :
Relations:
Informations :

MessageSujet: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 19:04


    Identité du sujet

    NOM : Tchaikovska
    PRÉNOMS : Natalia Alekseïevna
    SURNOM : Natachenka, Tacha, Talia
    ÂGE : 17 ans
    NATIONALITE : Russe
    DATE DE NAISSANCE : AD06-02-10
    LIEU DE NAISSANCE : Moscou (Russie)
    LIEU DE RESIDENCE : Moscou (Russie)
    LIEU DE TRAVAIL - FORMATION : /


    Description Morale

    Je suis née et j'ai vécu toute ma vie dans un cocon de luxe, ne connaissant du monde que ma tour d'ivoire personnelle. Je n'ai que récemment pris connaissance de la situation dans laquelle vivaient des milliers de gens, grâce à Nikolaï. Moi qui pensais que tout allait bien, que tout continuerait à aller comme ça... Une petite vie « tranquille », avec un père et une mère froids et absents, entre des bals, des réceptions, des ouvertures. M'en serais-je contenté si l'on ne m'avait pas ouvert les yeux ? Je ne peux le dire. Le fait est que Nikolaï, mon garde du corps, mon ami, m'apprit ce qu'était réellement la vie. Il m'enseigna le dehors, la guerre, la famine, le malheur. Et il me vit comme j'étais. Depuis ce jour, je m'inquiète plus pour tous ces gens que je ne connais pas que pour moi-même. Il faut que je fasse quelque chose, que je les aide absolument ! Je ne veux absolument pas me sentir inutile. J'ai eu la « chance » de me retrouver dans une famille influente, alors je me dois de poser ma pierre à l'édifice, et cela même si c'est contraire aux principes de mon père. J'ai les miens, et ils sont différents.

    Je sais bien que j'ai dû mal à me débrouiller seule, car j'ai toujours été bridée par les employés de mon père. On m'a appris à penser d'une certaine façon, mais j'ai commencé à désapprendre cela. Moi qui avais toujours été relativement seule, lorsque j'ai rencontré mon garde du corps ce sentiment de solitude a quelque peu diminué, même s'il ne s'est pas effacé complètement. Cependant, cela ne m'empêche pas d'être enthousiaste et de ne pas montrer ce que je ressens réellement de ce côté-là. En effet, il fallait toujours sourire à papa, sourire aux gens, sourire à la caméra pour montrer une belle image de la famille Tchaikovski. Ceux qui ne me connaissent pas, c'est-à-dire tout le monde excepté Nikolaï, ne peuvent pas réellement déceler lorsque je me force à sourire, car cela paraît tellement naturel...

    J'apprends vite, parce que je cherche toujours un moyen d'aider les autres, et cela ne saurait se faire qu'avec la connaissance nécessaire. J'apprends, mais je ne comprends pas tout. Je ne comprends pas la violence des hommes, leurs envies de guerres et de conflits. Non, je n'arrive pas à m'y faire. Pour moi, chacun devrait simplement vouloir vivre en paix, aider son prochain. C'est ce à quoi j'aspire, et ce pour quoi j'ai quitté le seul endroit que j'aie jamais connu...


    Etats de Service

    CAMPS : Solomon
    AMBITIONS : Ma plus grande ambition, le but de ma fuite, c'est de trouver un moyen de ramener la paix dans le monde. Je sais que c'est bien beaucoup pour une si jeune et insignifiante petite fille que je suis, mais peu m'importe. Je veux être utile à ce combat pour la paix, je veux la servir, et je ne pouvais le faire en restant chez moi.
    Un de mes plus grands rêves a toujours été que mes parents soient plus que de simples ombres froides pour moi... Mais cela me paraît bien plus impossible que de réduire le conflit à néant. J'aimerais tellement qu'ils me regardent... J'ai l'impression de n'être qu'un objet à leurs yeux, une marchandise qui leur est utile, voire même inutile parfois.
    J'aimerais aussi, plus simplement, réussir à rendre le sourire à ceux que je croiserai. Car un sourire, un vrai - et non un faux comme j'ai l'habitude de faire pour l'image -, peut faire toute la différence.
    APTITUDES : Cette catégorie sera à développer avec les Admins. Une fois votre fiche postée, nous vous fournirons une liste de capacités en rapport avec l'histoire de votre personnage. Vous aurez un choix limité, mais un choix quand même. Attention, l'intelligence de votre personnage sera en rapport avec la qualité de votre présentation et tous les détails qui la composent.


    Hors Jeu


    PSEUDO : Laenai
    AGE : 19 ans
    AVATAR : Euphemia Li Britannia (Code Geass)
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Je le connais depuis le début xD
    FREQUENCE DE CONNEXION : 7/7 à peu près
    UN COMMENTAIRE : J'espère que cette fois-ci sera la bonne :)
    CODE DU REGLEMENT : Valkyrie


Dernière édition par Natachenka A. Tchaikovska le Ven 9 Avr - 21:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insignificant.superforum.fr
Natachenka A. Tchaikovska

avatar

Féminin Messages : 44
Date d'inscription : 05/04/2010
Age : 27
Localisation : En fuite
Profession : Etudiante

Feuille de personnage
Expérience :
Relations:
Informations :

MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 19:04

    Background


    Le soleil. C'est une chose que j'apprécie énormément. Il se reflète parfaitement sur la neige recouvrant le parc du Manoir. Ses rayons colorent le début de la journée et me réveillent doucement le matin. C'est si beau de regarder cette étendue blanche se teinter de lumière. La douceur des étincelles matinales me met de bonne humeur. Bientôt, dans quelques minutes, mon réveil sonnera. Et ma journée commencera, pareille à toutes les autres, semblables à celles qui suivront, à moins que...

    Je m'étirai tel un pacha royal dans mon grand lit et me levai en enfilant mes chaussons douillets. Je m'approchai de la fenêtre pour admirer le paysage. J'avais bien dormi, en ce jour « J » moins un. Nikolaï m'avait dit de ne pas m'inquiéter, qu'il s'occupait de tout et que je devais juste veiller à ne rien laisser paraître, à rester telle que j'avais toujours été depuis des années. Je devais donner le change à tous ces gardes et ces domestiques qui m'entouraient. D'ailleurs, l'une d'entre elles ne tarderaient pas à pénétrer dans ma chambre pour me souhaiter le bonjour et me faire un petit résumé de ce qui m'attendait ce jour. Nikolaï se chargerait des détails, comme si de rien n'était. Cela promettait d'être une superbe comédie jouée en direct sous les yeux de dizaine de personnes qui ne s'en rendraient compte que le lendemain, lorsque l'introduction serait jouée et que le premier acte s'entamerait, lent et difficile. Je savais que ça n'allait pas être une partie de plaisir, j'en étais consciente. J'étais consciente que ce serait risqué, aussi, mais je tenais à le faire. Je trouvais que cela était de mon devoir, en tant que fille du Président russe. En tant que maillon du peuple russe, mais un maillon un peu plus important que les autres aux yeux de tous. Je pensais pouvoir faire changer les choses, et je voulais au moins essayer plutôt que de rester coincée dans cette petite vie faite de soirées officielles et de confinement dans le Manoir de la famille.

    Toc Le réveil diffusa dans ma chambre une mélodie russe que j'aimais beaucoup. Ce n'était pas une chanson populaire, mon père trouvait que ces « bruits » pourraient avoir une mauvaise influence sur moi. Ils n'étaient dignes que du petit peuple, pas de la fille du Président. Aussi, depuis mon enfance, n'écoutais-je que les mélodies choisies pour moi par des « professionnels ». Il ne fallait pas que de drôles d'idées me montent à la tête. Si ce que je m'apprêtais à faire en était une, tout son petit dispositif avait été bien inutile. Comment tout cela m'était-il monté à la tête, alors ? C'était tout simple, et il ne pouvait certainement pas s'y attendre. Il n'y avait qu'un nom, un seul qui qualifiait parfaitement mon envie d'évasion : Nikolaï. Il m'avait conté plus d'une fois depuis notre première rencontre ce qui se déroulait réellement à l'extérieur. Je n'avais ni accès aux informations télévisées, ni aux journaux ou autre. Tout ce que j'apprenais, tout ce que je voyais ou écoutait était régi par des personnes qui faisaient un rapport destiné à mon père. Je n'étais qu'un petit pion qu'il fallait dresser, un sujet à surveiller. Voilà comment il me considérait, voilà comment il considérait sa propre fille.

    -Bonjour, Natalia Alekseïevna. La voix de la gouvernante temporaire qui venait de pénétrer dans ma chambre. Elle m'appelait par ce prénom que je préférais éviter, Natalia. Il était beau, mais il était celui d'une femme cruelle et sans pitié ; la femme qui avait élevé mon père et qui l'avait rendu si cruel à son tour, cette femme, sa mère. Elle était dure avec les gens et levait la main sur les plus petits qu'elle. Elle avait même influencé son mari et on disait qu'elle le tenait d'une main de fer. Une main de fer dans un gant de velours ou de dentelles. Des dents aiguisées sous un sourire surfait. Les portraits accrochés au mur de ma chambre me montraient une femme droite comme un « i », le regard bleu flamboyant qui descendait plus bas que terre qui osait le croiser. Une femme avec du sang sur les mains, ayant rêvé d'être plus âgée à l'époque de la Deuxième Guerre Mondiale afin de participer aux massacres de l'Armée Rouge. Et je portais le nom de cette femme, de ma grand-mère que je n'avais pas réellement connue mais dont on me rabattait les oreilles. Elle avait eu un grand destin, celui d'une vraie dame, l'image que mon père voulait me transmettre. Mais je refusais de devenir comme elle. Je le refusais catégoriquement, je n'étais pas comme ça.

    Bonjour, Monika. Elle me sourit et je me forçai, comme chaque matin, à lui rendre son sourire. Elle m'appelait de cette manière tous les jours, en signe de respect. J'étais une noble, et ici pas de « Mademoiselle » ou de « Monsieur ». Le prénom et le patronyme étaient les marques du respect. C'était comme ça.

    -Aujourd'hui, vous porterez trois tenues différentes. Aleksandra s'est chargée de vous les choisir. Le matin, pour déjeuner avec votre mère, ce sera une simple tenue d'une belle couleur rouge, couleur qu'elle apprécie beaucoup. Une simple tenue ne signifiait pas ce que vous pourriez en penser. Ici, aucun vêtement n'était simple, et les accessoires les mettaient d'autant plus en valeur. Ensuite, vous vous changerez pour vous rendre à l'ouverture du nouvel Opéra qui se déroulera à quatorze heures. Vous y resterez deux heures. Votre tenue sera plus festive, plus habillée. Aleksandra a pensé à vous faire plaisir en y ajoutant du rose. Il vous suffira de sourire et de couper le ruban rouge devant les caméras et les photographes. Vous accorderez aussi une petite interview de trois minutes à la première chaine que possède votre famille, votre texte vous sera communiqué par Nikolaï. Je ne pouvais même pas choisir ce que j'allais dire. Soit, l'ouverture d'un Opéra ne me dérangeait pas. J'aimais beaucoup les Opéras, ainsi que les ballets russes auxquels j'étais souvent conviée. Mes parents me laissaient m'y rendre avec Nikolaï. Ma mère trouvait cela très important pour sa fille de se faire voir par le beau monde de la Russie. C'était intéressant. Enfin, la soirée en l'honneur de la promotion du nouveau Général se tiendra dans la Salle de banquet, chez le Général. Vous irez à cette soirée au bras de votre fiancé, Nouschka Loukanovitch. Vous porterez une magnifique robe violette, tant assortie à vos yeux qu'aux siens.

    Très bien. C'est parfait ! lançai-je avec un enthousiasme feint. Elle ne remarqua rien, ou comme chaque matin, ne fit pas attention à la fausseté de mes paroles. Je savais qu'elle ne m'aimait pas beaucoup, mais qu'elle avait besoin de ce travail pour nourrir sa famille. Elle me considérait en effet comme une petite bourgeoise imbue d'elle-même et qui se fichait éperdument du petit peuple. Elle voyait en moi ce que mon père désirait qu'elle voit : ma grand-mère. Il était vrai que je lui ressemblais, j'avais la même forme des yeux, le même nez et la même finesse. Je tenais mes yeux violets du mélange entre le bleu de la famille Tchaikovska et le rouge de la famille Komleva. Mes cheveux roses me venaient de ma mère, qui arborait cette couleur avec passion malgré les cheveux blancs qu'elle dissimulait sous des tonnes de couleur. J'avais aussi hérité de sa bouche bien dessinée, qui, selon elle, faisait rêver plus d'un homme. Je restais petite malgré mon âge, et les couturiers qui s'occupaient de moi disaient souvent que j'avais la taille enfant. Un mètre soixante quatre, pour être plus précise. Mais je n'étais pas encore adulte, même si j'en possédais déjà les courbes. Ils ajoutaient ensuite, pour me faire sourire, que ma peau pâle était d'une exceptionnelle pureté seulement présente dans ma famille, et qu'elle leur permettait de marier sur mon corps toutes les sortes de tissus précieux. Moi qui étais assez féminine, cela me ravissait à chaque fois, et il était vrai que j'aimais beaucoup toutes ces robes. Seules les occasions de les porter me faisaient mal au cœur depuis peu...

    -Suivez-moi, Natalia Alekseïevna. Et je quittai le paysage magique de ces rayons dorés se reflétant en mille éclat sur la neige fraichement tombée cette nuit.


    Un silence froid. Pas un seul regard dans ma direction. Aucun sourire, pas même glacial. Le seul bruit des couverts de chaque côté opposé de la grande table. La tension palpable qui emplit l'immense salle-à-manger du Manoir est pareille à chaque jour lorsque je déjeune avec ma mère. Les lumières, inchangées pourtant, me semblent accusatrices. Elle ne prononce pas un seul mot et fait comme si je n'étais pas là. Elle pense certainement à ce qu'elle fera aujourd'hui. Elle aussi a des obligations, mais au vu de l'âge qui se lit à présent sur son visage pourtant retravaillé, elle se sent reléguée au deuxième plan, derrière sa propre fille. Je montre une image plus jeune au pays. Et je suis fiancée au fils de Premier Ministre, alors qu'elle n'est la femme que du Président...

    Serez-vous présente ce soir, à la soirée donnée en l'honneur du nouveau Général ? Je venais de briser le silence. Elle ne daigna relever la tête qu'après plusieurs minutes, alors que je pensais ma question perdue dans les fin-fonds de la salle à manger. Son regard rouge ne renvoyait aucun amour, aucune affection. C'était à peine s'il n'était pas indifférent. -Natalia, vous devriez savoir depuis le temps que je ne me montre plus à ce genre de soirées. furent ses seuls mots. La fin du repas se passa dans le même silence. Lorsqu'elle eut terminé, elle se leva et s'en alla, me laissant seule. Nikolaï s'approcha de moi – il était posté près de la fenêtre, au cas où, et ne disait rien depuis le début. Il posa une main sur mon épaule et se pencha pour déposer un léger baiser sur ma joue d'un geste réconfortant. Il n'avait pas besoin de faire plus pour me prouver sa présence.


    Des flashs qui crépitent. Le bruit de la foule qui se presse pour assister à l'évènement. Nikolaï qui se tient près de moi pour éloigner qui voudrait s'approcher de trop près. Les gardes postés aux quatre coins de la grande place. Un nouvel Opéra...

    Je suis honorée d'avoir été désignée pour participer à cette inauguration. J'aime moi-même beaucoup l'Opéra, et c'est donc avec une grande joie que j'accomplirai ce geste symbolique, ouvrant ainsi les portes sur de nouvelles pièces proposées par des troupes toutes plus exceptionnelles les unes que les autres ! Les ciseaux en main, j'attendis quelques instants en prenant la pose avant de couper délicatement le ruban rouge qui céda sans difficulté. La foule applaudit et on me félicita. Je n'avais pourtant pas fait grand chose.

    ...
    Comme je l'ai dit tout à l'heure, ce fut un honneur pour moi de participer à l'inauguration de ce bâtiment. J'assisterai demain à la première représentation, puisque ce jour est prévu pour faire visiter au public les différentes sections de l'Opéra.
    -Et que pensez-vous de la pièce qui se déroulera ici demain ?
    Je ne l'ai pas encore vue, mais je peux dire que tous ceux investis dans le projet sont des acteurs formidables, et que je les apprécie beaucoup. Je suis certaine que ce sera grandiose !
    ...


    Du velours, du satin ; de l'or, de l'argent et des diamants ; des lumières et de la musique. Des rires, des bavardages, aucun haussement de voix. L'ambiance bourgeoise dans son excès...

    La limousine nous déposa devant la demeure du Général. Nouschka Loukanovitch était venu me chercher à l'heure prévue. Il m'avait complimentée sur ma robe et j'avais répliqué qu'il était lui aussi très élégant. Ce jeune homme que je connaissais à peine était mon fiancé. Nous n'avions pas beaucoup d'occasions de nous voir, sinon dans des soirées comme celles-ci, où tout le monde allait de son petit commentaire quant à notre couple. Nous restions le plus possible l'un près de l'autre. Je me sentais en effet comme jetée en pâture dans une arène où les lions n'étaient autre que ces bourgeois qui, sous leur dehors radieux, m'enviaient ma place et me descendaient dans l'ombre. Et, bien que je ne sache pas exactement s'il l'avait remarqué, il n'avait en tout cas rien contre rester à mes côtés. Le peu que je connaissais de lui me laissait croire qu'il était indifférent au reste du monde. Il sortait encore moins que moi. Mon père me rabattait les oreilles que le fait qu'il ferait un excellent Premier Ministre et qu'il serait sans pitié. C'était inscrit dans ses gênes. Je refusais pourtant d'y croire tant que je ne l'avais pas vu de mes propres yeux. Mais, même si j'écartais ces abominables préjugés – il suffisait de me regarder, je n'étais pas comme mes parents, du moins l'espérais-je – je devais avouer qu'il m'effrayait un peu. Un peu, voire beaucoup. Il souriait toujours et ne semblait jamais gêné de rien. Comme si rien ne l'ennuyait, comme s'il n'avait aucune préoccupation. En cela, je le trouvais « suspect ». Je ne pouvais croire que c'était son vrai visage, que ce n'était pas un masque. Et son regard impénétrable ne m'était pas d'une grande aide.

    -Je suis heureux de passer cette soirée en ta compagnie. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions plus vus. Je levai les yeux vers lui et lui souris. Sincèrement. Je ne devais pas avoir peur de lui, il était mon fiancé. A chaque fois, je me disais cela. Et puis, Nikolaï n'était pas loin. Il n'y aurait pas de problème. Il y en avait rarement. Cela me ravit moi aussi, Nouscka. Il avait insisté à chacune de nos rencontres pour que je l'appelle simplement Nouscka. J'avais finalement émis une condition : il devait m'appeler Natachenka. Et c'était ce qu'il faisait. Alors je respectais ma parole. -As-tu passé une bonne journée ? Je t'ai vue à la télévision, à l'ouverture du nouvel Opéra. Tu avais l'air de bien t'amuser ! Je ne pouvais pas nier m'être quelque peu amusée, mais j'étais toujours préoccupée. Je donnais cependant assez bien le change. J'ai hâte d'aller voir la première représentation de demain ! La Flute Enchantée est l'un des mes opéras préférés. Et je n'y assisterai pas, puisque nous n'allions pas tarder à plier bagages, Nikolaï et moi. -Je l'aime beaucoup aussi. J'aimerais beaucoup y aller avec toi, un jour. Es-tu d'accord ? J'acquiesçai : Bien entendu. Quand tu le désireras !

    Et la soirée se passa comme toutes les soirées de ce genre. Je fus heureuse de retrouver mon lit, même pour une nuit qui s'annonçait si courte...


    Une main se pose sur mon épaule. Un parfum familier. Une voix me murmure qu'il est l'heure de se lever, que tout est prêt. Jour « J », deux heures du matin, dans le Manoir endormi des Tchaikovski...

    J'ouvris les yeux sur le visage de Nikolaï. Il me tendit des vêtements passe-partout qu'il avait acheté dans une boutique normale en ville. Ce n'était pas le moment de trainer. J'eus tout de même le droit d'aller me rafraichir un tant soit peu dans la salle de bain, avec la consigne de ne faire aucun bruit. J'enfilai ces vêtements si peu ordinaires pour moi et le rejoignis. Mon sac était fait à mon retour. Il savait ce que je voulais prendre et tout était dedans. Il avait remplacé la bande des caméras par un enregistrement qui nous donnait exactement un quatre d'heure pour quitter le Manoir. Il fallait se montrer prudents, car les gardes ne dormaient pas. Par un stratagème ingénieux, nous réussîmes à sortir sans encombre. Une voiture nous attendait qui nous conduisit à la gare la plus proche. Mes cheveux étaient dissimulés sous un béret et je portais des lunettes de soleil. A la gare, une autre voiture nous emmena plus loin, et ainsi de suite pour brouiller les pistes dans toute la ville. Nous la quittâmes enfin pour rejoindre un port, je ne savais lequel, qui nous permettrait de nous rendre, par de nombreux détours et en évitant les voies maritimes trop fréquentées, dans un endroit dont j'ignorais le nom. Je me laissais simplement guidée par celui qui avait tout organisé pour ma fuite loin de mon pays alors que je ne m'étais jamais trop éloignée de la demeure familiale... Ma première grande aventure ! Mon sang palpitait dans mes veines et ce pour plusieurs raisons bien distinctes. L'excitation était la première : celle de voir du monde, de désobéir à ses parents pour sa première fois, de se rebeller contre un système que l'on n'accepte pas. La peur venait ensuite : la peur de ne pas y arriver, de se faire prendre alors que l'engrenage venait d'être lancé, la peur d'avoir fait le mauvais choix. Et la confiance alliée à la joie : Nikolaï me soutenait, il était là et rien que pour ça, j'étais rassurée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insignificant.superforum.fr
Roxas L. Slayers

avatar

Messages : 709
Date d'inscription : 04/04/2010
Profession : Barman

MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 21:03

    Pour la troisième fois, j'aime beaucoup ta présentation *_*

    J'ai une question stupide. Pourquoi dans ton pseudo, elle se nomme Natachenka alors qu'en réalité, elle s'appelle Natalia ? Ce n'est pas important pour la fiche, c'est juste de la curiosité. Sinon, euh je la trouve très mignonne. Surtout avec son envie de rendre le sourire aux gens qu'elle rencontre. Enfin, je m'égare là !

    Tout est okay à part le code du règlement. Ce n'est pas bien du tout ça, mademoiselle. Alors, hop, rajoute le vite et je ferais comme si je n'avais rien vu.

    Parlons maintenant de tes aptitudes. Je t'avoue que je ne sais pas trop quoi t'attribuer. Bon de toute façon, il y a déjà la connaisance des langues. Ensuite, vu ton personnage elle pourrait avoir un sens accrue de l'ampathie. - Par contre, je ne sais pas si ça se dit de cette façon -_- -

    Tu as des propositions ? Ou simplement un point de vue ?

    Ah oui, bienvenue au fait ^O^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natachenka A. Tchaikovska

avatar

Féminin Messages : 44
Date d'inscription : 05/04/2010
Age : 27
Localisation : En fuite
Profession : Etudiante

Feuille de personnage
Expérience :
Relations:
Informations :

MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 21:19

Désolée, j'ai oublié de le rajouter En plus c'est pas comme si je n'avais pas lu (autant de fois qu'il y en a eu xD) ce règlement >.< En tout cas, il est rajouté :)

Pour répondre à ta question qui n'est pas stupide, j'ai expliqué dans l'histoire qu'elle n'aimait pas son prénom car c'était celui de sa grand-mère, une femme totalement sans cœur et sans pitié. Donc, elle préfère qu'on l'appelle Natachenka, et puis c'est un diminutif affectif ^^

Pour les aptitudes, en effet, il y a la connaissance des langues ! Pour ce qui est de l'empathie, je ne sais pas non plus si ça se dit comme ça xD Mais j'ai compris, c'est l'essentiel =D Pour le reste des aptitudes, je n'ai pas d'idées immédiates ^^' Je vais en discuter avec Sydney

Et sinon, merci =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insignificant.superforum.fr
Roxas L. Slayers

avatar

Messages : 709
Date d'inscription : 04/04/2010
Profession : Barman

MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 21:51

    C'est bien, tu as présentée une fiche complète du premier coup ^O^

    C'était vraiment une question stupide -__- Pour une raison inconnue, je n'ai pas fait le lien entre la carte d'identité et l'histoire.

    J'ai réfléchis à deux ou trois petites choses pour les aptitudes. Que penses-tu d'une aisance à captiver les foules ? Ou simplement à parler en public.

    Ou sinon, elle ne s'y connait pas dans un domaine bien précis ? La politique ? L'informatique ? Le droit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Natachenka A. Tchaikovska

avatar

Féminin Messages : 44
Date d'inscription : 05/04/2010
Age : 27
Localisation : En fuite
Profession : Etudiante

Feuille de personnage
Expérience :
Relations:
Informations :

MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   Ven 9 Avr - 22:33

Evidemment xD ^^

Oui, j'aime l'idée d'aisance à captiver les foules. Tu penses au charisme, c'est ça ? Par contre, pour ce qui est de parler en public, je n'irais pas jusque là. Elle a certes l'habitude de devoir s'exprimer en public, devant les caméras, etc. mais ce n'est pas pour ça qu'elle le fait avec aisance. Enfin je ne sais pas trop comment expliquer, disons que ce n'est pas ce qu'elle préfère et que ça s'apparente souvent plus à une corvée qu'à autre chose mdr

En politique, loin de là, surtout qu'elle n'y a jamais touché. L'informatique, on lui interdisait toutes formes d'information, donc pas d'informatique ! Pour ce qui est du droit, elle a aussi été légèrement écartée, même si elle connaît certainement quelques rudiments, histoire de ne pas passer pour une triple idiote dans son pays. Bref, on cherche toujours Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insignificant.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Natachenka Alekseïevna [UC]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Natachenka Alekseïevna [UC]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Butterflies & Hurricanes :: MEMOIRE INTERNE :: INTRODUCTION D'UN DOSSIER-
Sauter vers: